Sécurité au Mali : le principal syndicat de pilotes d’Air France invite à exercer un “droit de retrait”

Le SNPL Air France-Transavia invite ses adhérents à exercer leur droit de retrait


Le premier syndicat de pilotes d’Air France a appelé ses adhérents à ne plus voler vers Bamako, au Mali. La compagnie aérienne effectue une rotation par jour entre Paris et la capitale malienne, mais elle a affirmé qu’à ce stade, la desserte de Bamako est inchangée. Le SNPL Air France-Transavia a invité ses adhérents à exercer leur droit de retrait afin de ne pas effectuer les vols à destination de Bamako.

L’agence américaine supervisant l’aviation évoque un risque accru


L’agence américaine supervisant l’aviation (FAA) a récemment mis en lumière un risque accru pour les appareils commerciaux desservant ou survolant le Mali à toutes les altitudes. La FAA a mentionné la présence militaire étrangère de plus en plus importante et l’introduction d’un système de défense aérienne sophistiqué. Elle a accompagné ce message d’une notice pour les missions aériennes (NOTAM).

Air France suit l’évolution de la situation géopolitique

Air France a affirmé qu’elle suit en permanence l’évolution de la situation géopolitique des territoires qu’elle dessert, dont le Mali. Elle est en contact permanent avec les autorités locales et internationales ainsi qu’avec la DGAC française. Celle-ci procède à une veille de la situation sur les zones de conflit et à une analyse régulière du risque, en partenariat avec la Commission européenne. La FAA américaine émet des recommandations qui sont examinées avec le plus grand soin par tous les acteurs du secteur.