Tunisie : Manifestants défient le pouvoir, maintenir le flambeau de la démocratie et de la liberté

Manifestation interdite à Tunis : le Front du Salut National dénonce ‘une dictature’

Malgré l’interdiction, une manifestation s’est déroulée samedi 29 avril dans le centre-ville de Tunis. Les opposants au président Saied ont dénoncé ce qu’ils considèrent comme ‘une dictature’. Garnir les escaliers qui mènent au théâtre national est signe d’une manifestation réussie, bien que le nombre de manifestants n’ait pas été très élevé. Le Front du Salut National, principale force d’opposition, n’a plus le droit d’organiser d’activités depuis l’arrestation, le 17 avril, du dirigeant islamiste Rached Ghannouchi. Le chef Ahmed Chebbi s’est félicité de la tenue de l’événement. Les policiers, majoritairement en civil, n’ont pas réagi devant la diatribe des opposants. Après 50 minutes, les forces de l’ordre ont dispersé les manifestants.

Le président Kais Saied à la source des critiques internationales

Suite à l’arrestation de Rached Ghannouchi, le président Kais Saied a fermé les bureaux des partis politiques d’opposition, ce qui a suscité de vives critiques internationales. Les manifestants présents samedi 29 avril à Tunis ont exprimé leur volonté de maintenir le flambeau de la démocratie et de la liberté. La nouvelle Constitution proposée par le président Kais Saied a été adoptée par référendum, mais certains manifestants ont déclaré : ‘On a fait la révolution de 2011, donc on n’a pas peur maintenant. On ne peut pas retourner aux années précédentes. A bas la dictature !’.